La liste Ensemble Nantes en confiance

Ensemble Nantes en confiance

Le 16 mars, au lendemain du premier tour des élections municipales, le Gouvernement a décidé le confinement généralisé pour faire face à la pandémie de Covid-19.

Le 28 juin, plus de trois mois sépareront les deux tours de cette élection municipale. Trois mois d’un contexte inédit où une page historique s’est donc tournée pour Nantes, pour la France et le Monde. Trois mois qui ont profondément bouleversé notre société.

Par son caractère inattendu, violent et incertain, cette catastrophe sanitaire constitue un traumatisme qu’il va nous falloir surmonter et dépasser tous ensemble, alors même que nous n’en mesurons encore que partiellement les conséquences, alors même que nous n’en sommes pas encore sortis, que des milliers de soignants sont encore sur le pont au  chevet de milliers de patients qui luttent contre le virus et que des milliers de personnes en France perdent actuellement leur emploi.

Mais, déjà, l’impératif d’une rupture profonde de nos modes de vies s’impose. Le changement des modèles de production, de consommation et de gouvernance qu’exige l’action contre le changement climatique, se révèle plus que jamais nécessaire.

Nous sommes ainsi entrés dans une nouvelle ère de questionnements individuels et collectifs où trois défis majeurs sont à relever :

– traiter l’urgence économique et sociale nécessitant des réponses immédiates, à la hauteur d’une crise inégalée, pour les entreprises comme pour les salarié.e.s mais également pour bon nombre de familles populaires qui avec cette crise traversent des difficultés nouvelles.

– faire de l’impératif écologique la clé de voûte des politiques publiques et inventer de nouvelles coopérations entre territoires, conditions indispensables d’une action efficace pour l’écologie et la cohésion sociale.

– proposer une rénovation démocratique pour tirer collectivement et dans la durée, les enseignements de ce qui s’est passé pour adapter et réinterroger autant que de besoin nos politiques publiques.

C’est donc une nouvelle étape pour Nantes. Une nouvelle page à écrire que nous abordons aujourd’hui avec les valeurs que nous partageons.. Car si cette crise sanitaire a mis à mal bien des certitudes, elle n’a pas eu raison de ces valeurs et a même renforcé durablement nos convictions.

Ces valeurs, ces convictions ont tenu Nantes debout durant cette période si difficile comme en témoigne la spontanéité, la vitesse et la force des réseaux d’entraide qui se constitués ici. Chaque jour altruisme, humanisme, coopération, empathie et solidarités se sont exprimés. Le service public a lui aussi montré sa force, sa réactivité, son engagement et son rôle indispensable au service des habitants et habitantes de notre Ville.

Ces valeurs doivent rester notre boussole pour l’avenir, être protégées, cultivées, amplifiées car elles fondent l’identité et la force de Nantes. Ce sont ces valeurs qui fondent notre action pour Nantes et qui président au rassemblement de la gauche et des écologistes.  Le rejet, la peur et les égoïsmes ne peuvent constituer des remèdes efficaces à nos maux actuels et à venir. Ici à Nantes, comme ailleurs.

Répondre à l’urgence économique et sociale

Le confinement a mis en exergue de nombreuses inégalités et a fait basculer une partie de la population dans la pauvreté. Des personnes qui vivaient jusque-là dans une sorte d’équilibre fragile. Avec les risques d’accentuation de la précarité, il est urgent d’inventer de nouvelles solidarités.

Nous devons donc d’abord nous efforcer de réparer la casse provoquée par ce début d’année 2020 pour accompagner les plus fragiles et combattre les inégalités.

Alors que Nantes affichait une vitalité économique certaine jusqu’ici, une crise économique et sociale inédite se profile. La récession qui approche va affecter directement et durablement nombre de salariés, de commerçants et d’indépendants. Il nous faut aider les entreprises à passer ces moments difficiles pour préserver au maximum les emplois existants.

Le combat pour l’emploi est majeur. Il ne s’agit pas pour autant seulement de « relancer la machine ». Notre vieux modèle était à bout de souffle. Avec la pandémie, il pousse ses derniers soupirs. Ce modèle qui disparaît, c’est évidemment celui de dépendances industrielles massives, d’empreintes carbone démesurées et de flux de production tendus à se rompre pour la satisfaction de profits immédiats.

Le plan de sortie de crise pour l’emploi doit aussi être un plan d’avenir pour la planète avec au cœur l’enjeu écologique, en innovant, expérimentant afin créer de nouveaux emplois, de nouveaux métiers. La formation jouera un rôle essentiel pour opérer cette mutation avec une attention toute particulière aux jeunes.

C’est maintenant que nous devons oser nous transformer, sans viser le retour à un statu quo passé et dépassé. Notre avenir, celui de nos enfants et des générations futures en dépend.  Nous voulons bâtir un territoire de solution pour répondre aux enjeux climatiques, énergétiques, sociaux, économiques de ce XXIème siècle.

Transformer radicalement notre modèle 

Nous sommes sans aucun doute face à une exigence absolue à transformer en véritable opportunité. Celle d’infléchir durablement nos comportements et nos politiques publiques. Il faut singulièrement soutenir la reprise de l’économie locale, en l’aidant à opérer sa transition écologique et éthique… Anticiper, se préparer permettront d’inventer le nouveau modèle dont nous avons besoin. Un modèle à concrétiser sans perdre une minute, autour d’une consommation plus locale, d’une économie soucieuse de réaliser des co-bénéfices sanitaires, sociaux et environnementaux, d’une relocalisation des emplois, d’une révolution énergétique, du développement des circuits courts, et de terres agricoles en bonne santé. Un modèle résilient qui protège, atténue et anticipe les crises actuelles et à venir.

Cela passe par le soutien aux industries locales, par la relocalisation des productions agricoles. Par le développement de filières stratégiques comme la santé, Par une sécurité alimentaire accrue grâce aux circuits courts et aux commerces de proximité qui ont joué un rôle si important. Par une stratégie numérique offensive qui s’adresse à tous et émerge d’une dynamique de fabrication locale, notamment dans le milieu professionnel ou scolaire. Car si la pandémie a imposé son recours dans beaucoup de domaine, elle a aussi mis en lumière les fractures numériques et la nécessaire régulation des usages.

Cela passe par une écoute attentive des ces salarié.e.s et agents des services publics de proximité, des transports, du commerce, de la production agricole et agroalimentaire qui ont tenu le pays debout face à la crise.

Cela passe évidemment par un plan national d’ampleur pour l’hôpital public. Mais aussi par une mobilisation à toutes les échelles et dans tous les territoires pour la santé. Oui cette crise a apporté la démonstration s’il le fallait que la santé n’est pas un coût mais un bien commun précieux. Santé individuelle, santé environnementale, santé économique et sociale sont intimement liées. Sans oublier qu’il n’y a pas de société en bonne santé sans la sécurité pour toutes et tous sur laquelle nous sommes fortement mobilisés au travers du nouveau contrat nantais de sécurité que nous proposons à l’État.

Il va falloir également modifier en profondeur nos modes de déplacement. C’est une exigence qui interroge nos pratiques individuelles mais aussi bien entendu les politiques publiques pour le nécessaire développement de l’usage des mode doux.

Transformer le modèle, c’est ainsi préparer notre ville, et plus encore chacun.e de ses habitant.es, à relever les grands défis qui nous attendent, avec l’exigence de n’oublier personne, de lutter contre toutes les exclusions.

Cette crise aura ainsi mis en lumière la place essentielle des seniors et des aînés. Les plus fragiles à qui nous devons protection. Et tous les autres qui ont été aussi malgré les risques sanitaires une force considérable dans cette période, et nous pensons en particulier à tous les bénévoles qui ont aussi fait que le pays a tenu.

Sur tous ces sujets une part des solutions s’inventeront dans une nouvelle alliance des territoire, de nouvelles coopérations entre villes, péri-urbain  et campagnes. C’est ensemble que nous inventerons les réponses à cette nouvelle donne. C’est le sens et l’esprit de la conférence des intercommunalités de Loire Atlantique que nous avons proposé dès le premier tour. Nous proposons de la réunir dès ce mois de juillet.

Faire confiance à l’intelligence collective et aux citoyens : plus de démocratie et de pouvoir d’agir pour les citoyens.

Mais comment agir sans mobiliser largement, sans remettre en question nos certitudes ni prendre le temps du débat collectif au-delà de l’urgence que nous connaissons depuis quelques mois ?

A l’heure où chacune et chacun se voit tenté de poser son propre diagnostic il est important de croiser les regards si l’on veut transformer profondément notre modèle au bénéfice de toutes et tous. Dans un contexte de défiance croissante envers les institutions, c’est aussi un chemin nécessaire pour rétablir la confiance entre citoyen et élu.es qui est vital pour notre démocratie. Les maires et leurs équipes, par leur proximité, par le crédit d’image dont il bénéficie dans la population un rôle primordial à jouer.

Cette expérience vécue collectivement nous a montré, s’il le fallait, que cet équilibre sur lequel nos sociétés individualistes et nos économies mondialisées se basaient, étaient précaires. Que la solidité d’un modèle dépendait donc aussi pleinement de sa capacité à avoir été pensé avec l’ensemble des acteurs qui le faisaient vivre. L’avenir ne peut se contenter des conseils de quelques experts omniprésents dans les médias ou des lobbys.

La ville de demain doit se penser avec et pour les habitant.es, avec il faut réfléchir et plus encore faire, en appuyant les initiatives collectives et en aidant les Nantais.es à développer leur pouvoir d’agir en respectant leur autonomie d’action.

Voilà pourquoi il nous faut sans attendre nous mettre au travail avec tous les acteurs qui sont en première ligne. Avec les acteurs de l’aide alimentaire pour définir comment faire plus, mieux et autrement demain. Avec les soignants, pour se préparer à un avenir sanitaire plus que jamais incertain.  Avec les acteurs culturels, fragilisés par cette crise, qu’il faut non seulement soutenir mais surtout associer étroitement pour inventer l’avenir. Avec les acteurs associatifs qui sont le ciment de notre vie collective. Avec les acteurs de l’éducation qui ont redoublé d’efforts pour nos enfants et qui vont vivre une rentrée de septembre inédite. Nous pensons aussi au travail à distance, qui nécessite de réfléchir aux conditions de son développement harmonieux pour éviter que ce qui peut être une opportunité, ne devienne un risque psycho-social.

La démocratie a donc besoin d’une parole donnée à toutes et tous, face aux aléas qui sont devant nous. Qu’est-ce qui doit changer, être accéléré, abandonné ? Comment concilier sécurité des personnes sur l’espace public, sécurité sanitaire, sécurité alimentaire, sécurité professionnelle ?

Tout cela, nous souhaitons l’imaginer avec les Nantaises et les Nantais dans le cadre d’une vaste concertation citoyenne à l’automne.

Notre destination est claire : la santé, l’écologie, la sécurité et les solidarités aux services de toutes et tous.

C’est ce cap et cette méthode que nous proposons aux Nantaises et Nantais et que nous concrétiserons s’ils et elles choisissent le 28 juin ce chemin commun :  celui d’imaginer et construire ensemble Nantes en confiance.

1. Rolland Johanna
40 ans
Cadre Territoriale
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
PS
2. Dantec Ronan
56 ans
Auteur
Nantes Erdre
Territoires 44
3. Laernoes Julie
37 ans
Traductrice
Doulon Bottière
EELV
4. Le Teuff Florian
39 ans
Auteur et éditeur de livres
Doulon Bottière
Société Civile
5. Bertu Mahaut
24 ans
Doctorante
Nantes Sud
PS
6. Rebouh Ali
50 ans
Enseignant
Dervallières Zola
Société Civile
7. Bonamy Delphine
41 ans
Vidéaste urbaniste
Dervallières Zola
Société Civile
8. Azzi Elhadi
57 ans
Contractuel dans le logement social
Malakoff Saint-Donatien
Génération Ecologie
9. Langlois Pauline
29 ans
Conseillère indemnisation en assurance
Malakoff Saint-Donatien
Génération.s
10. Seassau Aymeric
42 ans
Secrétaire départemental du PCF
Dervallières Zola
PCF
11. Lefranc Elisabeth
59 ans
Sans profession
Hauts-Pavés Saint-Félix
PS
12. Fournier Hervé
49 ans
Responsable d'un bureau d'études
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
Société Civile
13. Coppey Mahel
38 ans
Chargée de projets dans la solidarité internationale
Nantes Sud
EELV
14. Martin Nicolas
50 ans
Entrepreneur en coopérative
Dervallières Zola
EELV
15. Collineau Marlène
34 ans
Chargée de mission
Hauts-Pavés Saint-Félix
GDS
16. Boulé Aurélien
36 ans
Vidéaste
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
UDB
17. Bassal Aicha
45 ans
Conseillère technique en action sociale
Nantes Erdre
Société Civile
18. Asseh Bassem
45 ans
Cadre dirigeant
Breil Barberie
PS
19. Bassani Catherine
56 ans
Conseillère en organisation
Nantes Erdre
EELV
20. Prochasson François
67 ans
Spécialiste mobilité
Breil Barberie
EELV
21. Gouez Aziliz
40 ans
Chercheuse
Breil Barberie
Territoires 44, Place Publique
22. Bolo Pascal
58 ans
Inspecteur des finances publiques
Nantes Nord
PS
23. Sotter Jeanne
60 ans
Cadre auditeur comptable
Doulon Bottière
PRG
24. Trichet Franckie
49 ans
Enseignant-chercheur
Dervallières Zola
Société Civile
25. Vialard Louise
30 ans
Entrepreneuse numérique responsable
Dervallières Zola
Société Civile
26. Riom Tristan
25 ans
Ingénieur en énergie renouvelable
Hauts-Pavés Saint-Félix
EELV
27. Benâtre Marie Annick
65 ans
Employée à la retraite
Nantes Erdre
PCF
28. Talledec Denis
49 ans
Directeur culturel
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
Société Civile
29. Robert Pascale
61 ans
Chirurgienne dentiste à la retraite
Nantes Erdre
PCF
30. Guiné Thibaut
27 ans
Assistant d'éducation
Malakoff Saint-Donatien
Génération.s
31. Vitoux Marie
31 ans
Urbaniste, spécaliste Habitat Social
Ile de Nantes
Société Civile
32. Jouin Christophe
25 ans
Etudiant en Droit
Dervallières Zola
Société Civile
33. Blin Nathalie
56 ans
Ouvrière
Malakoff Saint-Donatien
PCF
34. Sobczak André
46 ans
Enseignant-chercheur
Nantes Sud
Société Civile
35. Vincent Fanny
30 ans
Sociologue, chercheuse à l'INSERM
Centre ville
Société Civile
36. Quéro Thomas
44 ans
Chargé d'études
Centre ville
PS
37. Figuls Séverine
39 ans
Restauratrice
Centre ville
Parti Animaliste
38. Salecroix Robin
29 ans
Chargé de communication
Dervallières Zola
PCF
39. Rodriguez Ghislaine
47 ans
Cofondatrice d'un café associatif dédié aux parents et aux enfants
Malakoff Saint-Donatien
Société Civile
40. Pascouau Yves
45 ans
Chercheur, Directeur Europe d'une ONG
Breil Barberie
Société Civile
41. Hakem Abbassia
61 ans
Attachée territoriale
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
PS
42. Guissé Alassane
48 ans
Educateur socioculturel et sportif
Breil Barberie
Société Civile
43. Bir Cécile
50 ans
En recherche d'emploi
Malakoff Saint-Donatien
Sans étiquette
44. Salaün Gildas
43 ans
Attaché de conservation du patrimoine
Centre ville
PS
45. Piau Catherine
57 ans
Chargée de mission
Nantes Erdre
PS
46. Boutin Patrice
50 ans
Comédien et metteur en scène
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
EELV
47. Naulin Hélène
37 ans
Chef de projet emploi formation
Ile de Nantes
EELV
48. Chateau Olivier
46 ans
Secrétaire général PS 44
Centre ville
PS
49. Coussinet Valérie
51 ans
Formatrice
Centre ville
UDB
50. Ouggourni Jamal
55 ans
Conseiller emploi handicap
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
Société Civile
51. Bourdon Émilie
23 ans
Étudiante en Master d'ESS
Ile de Nantes
Génération.s
52. Marais Pierre-Emmanuel
51 ans
Chargé de mission transports
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
UDB
53. Boisramé Nadège
46 ans
Enseignante
Malakoff Saint-Donatien
GDS
54. Citeau Simon
32 ans
Chargé de mission transports
Doulon Bottière
EELV
55. Jen Sandra
47 ans
Juriste en Droit de l'environnement
Hauts-Pavés Saint-Félix
EELV
56. Cocotier Michel
63 ans
Proviseur à la retraite
Nantes Sud
Société Civile
57. Ferreira Virginie
35 ans
Assistante comptable
Bellevue Chantenay Sainte-Anne
PS
58. Grenier Vincent
48 ans
Ingénieur
Doulon Bottière
PS
59. Brosseau Laurence
48 ans
Chargée de mission
Doulon Bottière
PS
60. Brochard François
36 ans
Ingénieur en technologies innovantes
Nantes Erdre
Société Civile
61. Saadi Houda
35 ans
Commerciale
Malakoff Saint-Donatien
Société Civile
62. Boutholeau Romain
33 ans
Directeur d'école
Malakoff Saint-Donatien
PS
63. Croué Véronique
54 ans
Responsable au sein d'une association de tourisme de l'ESS
Malakoff Saint-Donatien
Société Civile
64. Verdier Geoffroy
45 ans
Directeur d'une entreprise de l'ESS
Nantes Erdre
PS
65. Leudière Sophie
31 ans
Chargé de production musiques actuelles
Centre ville
Société Civile, GRS
66. Pannetier Julien
33 ans
Professeur de théâtre et Art thérapeute
Nantes Nord
EELV
67. Taouzari Fouzia
42 ans
Psychologue clinicienne
Centre ville
Société Civile
68. Renault Pierre-Yves
38 ans
Paysan fromager bio
Ile de Nantes
Société Civile
69. Fuchs Christine
69 ans
Enseignante à la retraite
Hauts-Pavés Saint-Félix
Société Civile